Gba  Bakary,membre du comité d’orientation et de la coordination, chargé de la région du Tonkpi
Gba Bakary,membre du comité d’orientation et de la coordination, chargé de la région du Tonkpi

Situation sociopolitique, candidature et retour de Guillaume Soro, départ de Méité Sindou: Un cadre proche de Soro dit tout

08/07/2020 20:28 | Lu 1917 fois | Politique

Membre du Comité politique du mouvement Générations et Peuples solidaires (GPS) de Guillaume Soro, et également membre du comité d’orientation et de la coordination, chargé de la région du Tonkpi, Gba Bakary, se prononce sur quelques sujets brûlants de l’actualité socio-politique du pays.

Membre du comité politique du GPS, et également membre du comité d’orientation et de la coordination chargé de la région du Tonkpi, nous sommes tentés de vous demander comment se porte votre mouvement politique, loin du regard de votre leader Guillaume Soro ?
Merci pour l’opportunité que vous m’offrez pour me prononcer sur l’actualité de notre pays. En effet, le mouvement politique, GPS, fondé par Guillaume Soro se porte bien, très bien même. Son absence n’impacte point le dynamisme de ce mouvement politique. Je dirais que loin du regard de notre leader Guillaume Kigbafory Soro, mais si près de nous, dans nos cœurs et dans nos gestes, le GPS connaît une ascension qui mérite d’être saluée. En tout cas, depuis la publicité gratuite du pouvoir en place en refusant l'accès du territoire à notre leader politique et en arrêtant nos élus jusqu'à ce jour, cette attitude a fait de Générations et Peuples Solidaires de la région de Tonkpi un héros. Un leader incontestable en Côte d’Ivoire. La preuve. Nos Présidents des comités locaux citoyens (CLC), comités de base chez certains sont sur le terrain et dans tous les cinq départements de la région. Ils ont la lourde charge de faire implanter le mouvement et éclairer nos militants et sympathisants de toutes nos activités politiques. C'est à eux de faire véhiculer tout ce qui vient du leader avec notre concours. A savoir, faire de la paix et la réconciliation, notre cheval de bataille. Il nous faut aussi mettre un accent particulier sur sa candidature déclarée à la prochaine élection présidentielle de notre président, Guillaume Soro. En somme, il faut dire que depuis le Comité Politique du Président SORO dont je suis membre jusqu'à la naissance de GPS dont j'ai participé à l'élaboration du statut et règlements intérieurs puis par la suite nommé membre du comité d'orientation et de la coordination chargé de la région de Tonkpi se porte très bien sur Ie terrain politique montagneux.

Dans la région du Tonkpi, comment comptez-vous y prendre pour implanter ce mouvement politique dans cette région ?

Nous ne faisons pas de petits chemins comme on le dit, mais nous faisons notre chemin et nous avançons vers le fauteuil présidentiel pour faire asseoir notre leader au soir du 31 octobre 2020. Cela sera possible avec l'union des partis politiques et mouvements politiques qui adhèrent aux actions du Président Soro que nous avions mis en place dans la région avec l'apport de la jeunesse, de nos mamans, nos membres et sympathisants du GPS, avec les frustrés du RDR (Frustrés Locaux contre les élus locaux et le pouvoir en place). Tous attendent de pied ferme pour démontrer leur force dans les urnes. Nous avions demandé à chaque parti et mouvement politique de faire adhérer tous les militants et sympathisants au GPS. Ça été une action éclatée dans toute la région, signe d'union de tous les soroistes du Tonkpi. Dans ces jours-ci, il y a beaucoup de bruits dans le Tonkpi, nous GPS, nous refusons d'interpréter ce que font Madame et Monsieur (le Président du conseil Régional Docteur Mabri Toikeusse et les membres du RDR au lieu de RHDP). Pour l'heure, nous continuons nos actions araignées, nous tissons nos toiles sur le terrain politique qui nous est favorable parce que depuis le comité politique nous sommes sur le terrain pour la victoire de notre leader. Aujourd'hui avec le GPS nous sommes devenu plus fort, nous nous organisons pour faire des retouches et être en accord avec la réalité du terrain. Depuis le lancement de GPS Tonkpi en 2019 nous avions lancé l'opération une association féminine un statut, règlement intérieur pour l'établissement de leur récépissé en vue de leur prise en charge totale pour le GPS Tonkpi dans toute la région et tout ceci pour se rapprocher de nos mamans. Ce que la femme veut Dieu le veut. Quant à la jeunesse, très bientôt l'opération de permis de conduire dont le GPS Tonkpi prendra en charge 75% des frais de formation au nom de son Président. L'avenir nous donnera raison au soir du 31 octobre 202O

Pour revenir à votre leader, Guillaume Soro, peut-on avoir ses dernières nouvelles ? Qu’en est-il de ses ambitions politiques, notamment de sa candidature déclarée à la présidentielle d’octobre prochain ?

Notre leader Politique, le Président Guillaume Kigbafori Soro (GKS) est libre de ses mouvements et prend la parole quand il veut et où il veut. ll maintient sa candidature à la présidentielle d'octobre prochain avec sa présence effective en Côte d'Ivoire , pays à nous tous. D'autres personnes penseront qu'il viendra avec les armes. Je dis non ! Et non ! Le contraire est que nous avions un collectif d'Avocats qui travaille sur son arrivée effective en Côte d' Ivoire et cela sur le plan de la justice internationale après notre victoire auprès de la Cour africaine. Souvenons- nous que le Président Soro n'est pas le premier ni le dernier à vivre cette situation. Tous ceux qui sont passés par-Ià sont rentrés au pays par cette voie. De toutes les façons, qui vivra, verra !

Ne craignez-vous pas que sa candidature soit rejetée vu qu’il est encore absent du territoire national, et que nous sommes à 4 mois de ce scrutin ? A quand le retour donc de Guillaume Soro ?

Ne cherchons pas les poux dans les cheveux. Tout ivoirien est libre de se présenter aux élections présidentielles. inutile donc de faire revivre le cauchemar aux ivoiriens. Notre candidat le président Guillaume Kigbafori Soro sera bel et bien présent en Côte d'Ivoire en tant que premier candidat déclaré aux élections présidentielles. L'Histoire se répète à ce sujet d'élection, candidature rejetée et l'exil du candidat.

Récemment, le GPS a enregistré le départ d’un de ses cadres, Méité Sindou. Votre commentaire ? N’est-ce pas un coup dur pour Guillaume Soro ?

Tous ceux qui sont membres fondateurs de GPS s'attendaient à ce départ depuis le 23 et 24 décembre 2019, le jour de l'arrivée manquée du Président Soro qui a continué jusqu'au second jour avec l'arrestation de nos membres. A partir de ces dates, le frère Méité Sindou, le seul rescapé des arrestations n'a plus fait signe aux autres membres de GPS.
Nous avions continué notre combat sans lui et nous allons être victorieux sans son concours, pour dire que son départ ne dérange personne. L'union au GPS est stable et ensemble nous allons gouverner autrement.

A l’approche du scrutin, des alliances politiques se nouent déjà. Le GPS envisage-t-il nouer une alliance en vue de cette élection ? Qu’envisage faire le GPS ?

Une alliance politique ? Le GPS est un mouvement citoyen structuré avec à son actif un statut et règlement intérieur. Le jour J, Le Président Guillaume Kigbafori Soro, Président de GPS se prononcera le moment venu. Il n'est que le fils, le protégé du Président Henri Konan Bédié, Président du Pdci-Rda et ça tout le monde le sait, au moins.

Quelle est votre opinion sur la candidature éventuelle donc d’Henri Konan Bédié pour le compte du Pdci et celle de Amadou Gon pour le compte du RHDP ?

Tout ivoirien capable de diriger, de conduire le navire politique ivoirien avec un programme de gouvernement est libre de se présenter s'il fait l'objet du choix de son parti ou s'il est indépendant. Cherchons à sauvegarder la paix, notre héritage commun. C’est le plus important. Et c’est le combat que mène le GPS.

Quels commentaires faites-vous de la situation sécuritaire actuelle, à quelques mois du scrutin présidentiel ? Pensez-vous que ce scrutin peut-il se tenir dans cette atmosphère on ne peut plus délétère ?

La Côte d'Ivoire ? Nous nous connaissons entre nous, l'ivoirien aime la tranquillité, avoir son salaire à temps, vivre de son agriculture et voir sa progéniture aller à l'école, le travail pour tous. C'est ça le vrai ivoirien. C'est pourquoi, pour ce scrutin présidentiel, je souhaiterais qu'on recherche la paix ensemble pour aller à la réconciliation vraie avec toutes ses filles et ses fils y compris ceux qui sont en exil et en prison. Nous devons tous œuvrer pour parvenir à un scrutin présidentiel apaisé. Il y va de l’avenir de ce beau pays. Au niveau du GPS, nous nous battrons pour que ce scrutin se déroule sans accrocs. C’est pourquoi, j’invite les militants et sympathisants de GPS à la sérénité. Je demande à toutes et à tous de prêcher la cohésion sociale et le vivre ensemble, vœu cher au Président Guillaume Kigbafori Soro. Investissons le terrain pour vendre les ambitions de notre Président.